MAGAZINE D’ARCHITECTURE EN LIGNE

Musée de la Monnaie, Tunis

 

 

Architecte : Lotfi Rebai
Entreprise : Entreprise Youssef Eltaief
Décorateur : Noureddine Lajnef, avec le Ministère de la Culture et de la Sauvegarde du Patrimoine
Texte : Wafa Ayari, et Mohamed Sadok Chaieb

L'édifice investit un espace de 600m2 entre rez-de-chaussée et mezzanine. Il comporte un espace d'exposition permanente, une boutique et des locaux techniques et de gestion au rez de chaussée, un espace d'exposition temporaire, une unité de recherche et une bibliothèque en mezzanine.

Ce programme est défini dans un langage architectural sobre guidé par une inspiration des façades de l'institution mère. Des volumes simples traités avec des rainures horizontales, des rubans tantôt transparents tantôt opaques. La masse tronquée à 45° est un clin d'oeil à l'édifice mère. Le musée se distingue par sa forme elliptique qui est apprivoisée par les lourdes lignes horizontales en dessus.

Au niveau de cet arrondi se présente l'entrée dédiée aux visiteurs. Le rythme se perpétue à l'intérieur des locaux. L’ensemble des composantes spatiales est organisé en auréoles concentriques autour d'un épicentre. Il s'agit de parcours elliptiques irriguant l’ensemble des espaces. Le parcours en boucle se déroule à travers des espaces rythmés par des hauteurs sous-plafond variables.


Les parois sont revêtues de bleu, le plafond scintille de diodes azures de différentes tailles alors que le sol est décoré par des bandes et des rosaces mariant bleu et jaune.

L'espace d'exposition permanente est organisé autour d'une forme elliptique, un épicentre réservé à des médailles qui commémorent des événements phares de la Tunisie contemporaine, qui guident le parcours du visiteur. Ce parcours en boucle permet d’observer l'évolution de la monnaie tunisienne à travers 25 siècles de l'histoire, par le biais de 43 armoires vitrées.


Les vitrines, suivant l'ordre chronologique, sont dotées d'un système de régulation hygrométrique, d'un mécanisme qui permet la ventilation et le refroidissement de la vitrine en cas de surchauffe, côté mur, et munies d'une loupe mobile permettant le déchiffrage de la part du visiteur.

La mezzanine fait office d'un espace destiné aux expositions temporaires et thématiques organisés en collaboration avec des musées internationaux. Elle abrite également un centre de documentation et de recherche en matière de numismatique.


Les deux plateformes d'exposition sont reliées par une circulation verticale respectant le mouvement du parcours. Le vide sur le rez-de-chaussée permet une communication visuelle et des perspectives intérieures offrant au visiteur de saisir une scénographie favorisant transparence et fluidité.

Le magasin commercialise certaines monnaies anciennes. C’est aussi un vrai centre de troc où on échange des monnaies anciennes, et des billets démonétisés. Il offre au visiteur un ensemble d'ouvrages relatant la collection de la BCT, ainsi que l’histoire de la monnaie en Tunisie.


Les différents pavillons du musée, qui comporte 43 armoires vitrées, dans lesquelles sont exposées des pièces de monnaie très rares choisies parmi la collection de la BCT qui compte quelque 5 mille pièces relatant 25 siècles de l'histoire de la monnaie en Tunisie, de l'époque punique à l'époque contemporaine, en plus d'une collection de billets de banque.

Sont exposées les différentes étapes historiques qu'a connues la monnaie en Tunisie, à travers des tableaux, des photos et des cartes exposés dans un espace moderne répondant aux normes internationales en matière de sécurité et doté des équipements technologiques les plus modernes et de toutes les commodités nécessaires. Le musée offre des visites guidées en mode virtuel et dispose d'un service d'accompagnement vocal en langues arabe, française et anglaise.

Le musée de la monnaie contient, également, un ouvrage en trois volumes illustrant les différentes étapes qu'a connues la monnaie en Tunisie, à travers l'histoire et les civilisations. Un document de référence pour les chercheurs et les visiteurs.

La riche collection de monnaies que recèle ce musée est un témoignage remarquable des efforts louables fournis par les compétences tunisiennes qui se sont succédé dans cette illustre institution nationale, en vue de promouvoir et de consolider, de manière progressive et harmonieuse, la monnaie tunisienne.

Inauguré le 15 novembre par le Chef de l'Etat, le musée de la monnaie investit un espace de 600m2 entre rez-de-chaussée et mezzanine. Il a été érigé suite à un travail collégial sollicitant les vocations de plusieurs intervenants : universitaires, spécialistes de la numismatique et chercheurs dans la discipline...

L'épicentre de la salle du rez-de-chaussée est réservé à des médailles qui commémorent des événements phares de la Tunisie contemporaine.

La visite est facilitée par un itinéraire de lecture clairement indiqué par des panneaux suivant un ordre chronologique bien déterminé. 25 siècles de l'histoire de la monnaie sont retracés. De l'ère punique à celle contemporaine en passant par l'époque carthaginoise, des pièces de monnaie et des jetons sont soigneusement rangés dans 43 vitrines munis d'une loupe mobile pour le déchiffrage. Un panorama d'élégants monnayages figurent donc dans le musée.

M. Abdelhamid Fnina, universitaire spécialiste en numismatique, avait donné lors de cette visite un aperçu sur l'évolution des monnaies de par leurs alliages, poids et modèles, dénominations, relatant à ce propos les influences des civilisations les unes sur les autres.

Les pièces et billets exposés ne représentent pas la totalité de la collection de la BCT, mais l'on a plutôt choisi d'exhiber les pièces les plus représentatives. La plupart sont conservées dans un excellent état offrant au regard d'élégants monnayages pour le bonheur des visiteurs.

La salle d'en bas étant réservée à des médailles commémorant des événements phares de la Tunisie contemporaine, la mezzanine, par contre, fait office d'un espace destiné aux expositions temporaires et thématiques organisés en collaborations avec des musées internationaux. Y sont exposés actuellement médaillons et pièces de monnaie de divers pays à travers le monde relatant les événements qui ont marqué l'humanité.
Liens Pertinents

* Afrique du Nord
* Arts, Cultures, Littérature
* Banques et Assurances
* Economie, Affaires et Finance
* Tunisie

Le musée dispose d'un petit espace réservé à la vente de fac-similé de pièces anciennes, de billets démonétisés ainsi que d'un ensemble d'ouvrages relatant l'intégrale de la collection de la BCT. Il sera question pour la prochaine étape de développer les échanges en matière de numismatique pour s'inscrire dans un contexte international, a indiqué M. Abdelhamid Mâalej, directeur général de la BCT.

LA MONNAIE TUNISIENNE A TRAVERS L’HISTOIRE

La Tunisie a joué, à travers l’histoire, un rôle économique important. Cette importance est due, en premier lieu, à l’activité audacieuse de ses populations et à sa situation géographique en tant que carrefour de voies maritimes entre les deux rives de la méditerranée et terminus pour le commerce saharien et oriental.
Cette importance stratégique dans le commerce international a fait de la région un objet de rivalités politiques avec d’autres puissances. Plusieurs époques historiques ont marqué l’évolution de la monnaie tunisienne, nous citons dans ce qui suit les principales :
- la monnaie Punique : 814 av.JC - 146 av.JC ,
- la monnaie Numide : 208 av.JC - 40 apr.JC,
- la monnaie Romaine : 146 av.JC - 439 apr.JC,
- la monnaie Vandale et Byzantine : 439 apr.JC - 698 apr.JC,
- la monnaie Arabo-islamique : 698 apr.JC - 1574 apr.JC,
- la monnaie Husseinite et période du protectorat français : 1705 apr.JC - 1957 apr.JC,
- la monnaie de la république Tunisienne : 1958 à nos jours.

Le Musée de la Monnaie est un véritable monument architectural. De l’extérieur, il s’offre au visiteur tel un joyau rare. En y pénétrant, vous êtes ébloui. En effet, ce nouvel espace venu enrichir le panorama des musées de la capitale, il y a quelque temps seulement, donne aux férus de l’antiquité l’occasion de contempler les pièces de monnaie d’antan. Sa visite en vaut bien la peine. Car ce temple, appelons-le ainsi, est d’abord un régal pour les yeux. Véritable caverne d’Ali Baba, il est édifié à quelques pas de l’Avenue Mohamed V.


Dés l’entrée, une aire à moitié obscure plonge le visiteur dans une ambiance feutrée. Eclairée par des gadgets lumineux, la grande salle d’exposition, située au rez-de-chaussée, fascine par son éclat et sa conception architecturale. De gauche à droite, les pièces de monnaie les plus anciennes et datant de l’époque punique sont exposées soigneusement dans les premières vitrines suivant un ordre chronologique. La plus ancienne d’entre elles remonte à 4,5 siècles avant l’ère chrétienne. Un autre rayon abrite des pièces de monnaie frappées sous le règne des Numides, soit 169 ans avant JC. Dans d’autres vitrines, le visiteur découvre une pièce de monnaie byzantine datant de l’époque qui porte le même nom.

«L’Homme à l’âne» "Saheb Al Himar" (Tunisia Today)
A partir de la sixième vitrine, le visiteur remarque les premières pièces de l’ère arabe et islamique. Celles-ci remontent à l’époque des règnes omeyyade, abbasside et aghlabide. Elles ont été découvertes à Kairouan et Mahdia. La plus ancienne des pièces frappées en Tunisie remonte à l’époque des Aghlabides. Ce jeton porte le nom de Abou Yazid ou «l’Homme à l’âne» qui, selon la légende, fut un rebelle kharijite de Kairouan qui vécut vers 333 de l’Hégire dans la capitale des Aghlabides. De dimensions variables, ces pièces sont, pour la plupart, en argent. Quelques unes portent des gravures et des inscriptions religieuses ou almoravides. Les pièces produites sous les règnes husseinite, hafside, ottoman et sous le règne des beys occupent une grande place dans ce temple de la monnaie.
L’époque contemporaine de la Tunisie y est aussi fortement représentée. On y découvre les premières pièces de l’équivalent d’un dinar dans des petits compartiments accrochés aux murs. L’épicentre du musée conçu sous forme d’une cave circulaire se situe au rez-de-chaussée. Il est réservé à des médailles commémoratives des événements phares de la Tunisie contemporaine, comme les fêtes de l’Indépendance et du Changement du 7 novembre 1987. Ces pièces contemporaines sont annuelles alors que d’autres occasionnelles.


A l’ultime étage, un casier présente un panorama riche et varié de billets, tandis qu’un autre placard est réservé à une nouvelle génération de pièces et de billets. Les autres frappes de 1968 et de 1970 ainsi que les pièces de 5 dinars de 2002 et du billet de dix dinars de 2005 y sont également représentées. Le visiteur peut appréhender clairement toutes les pièces grâce à des légendes indiquées par des panneaux suivant un ordre chronologique. Toutes les 43 vitrines sont munies d’une loupe mobile pour le déchiffrage. Une façon pratique de «suivre les traces» de ces trésors de notre patrimoine.

Dossier :

Cafés et salons de thé
© 2009 Archi Mag. All Rights Reserved